17 et 18 septembre : performance picturale rouleaugraphie d’Henri Darasse

Le temps du Patrimoine, les 17 et 18 septembre, Cassan accueillera le peintre et philosophe Henri Darasse qui présente ARCHI-TEXTURES dans la galerie du prieuré jusqu’au 30 septembre.

Lors des journées européennes du Patrimoine, Henri Darasse profitera de cette rencontre avec le public pour réaliser ses « rouleaugraphies » sur site, telle une empreinte colorée et vivante de Cassan, révélée par son rouleau.

Henri Darasse peint exclusivement au rouleau depuis plus de trente ans, il intitule sa démarche « effectologie ».
Selon la distinction du philosophe François Jullien*, entre l’effet et l’effect , le résultat et le processus, l’effectologie consiste à mettre l’effet pictural au centre de la peinture, à rechercher l’effet nouveau et à le cultiver dans pour lui donner la plus grande efficacité esthétique. Si, comme le souligne souvent Pierre Soulages, tout outil contient un programme, il recherche les effets spécifiques du rouleau en accomplissant ce programme, voire même en le détournant pour accéder à la nouveauté de l’effet produit.

Dans ses « rouleaugraphies », le motif est placé sous la toile et révélé par le rouleau.

Dans son architecture, le Château de Cassan présente une grande variété de textures dans ses pavements de sols accidentés, ses appareillages de murs et encore les arabesques de ses fers forgés style louis XV, voire même certaines textures d’écorces d’arbres du parc du château. Le projet d’Henri Darasse est de « frotter » son rouleau à cette architecture pour la révéler en peinture, dans ses textures, plus discrètes mais plus intimes aussi que l’espace ou les proportions de l’édifice. Plus concrètement, cela consiste à utiliser les différents motifs que proposent ces textures pour en obtenir des effets originaux, en résonance avec le lieu.

Entre empreinte et peinture, en écho à l’architecture, comme un portrait en traces et textures de l’édifice, des archi-textures picturales en somme.

* François Jullien «Traité de l’efficacité», Grasset, 1997.

Né en 1960, Henri Darasse a une double formation, philosophique et artistique. Professeur agrégé de philosophie au Lycée Paul Valéry à Sète, il a publié en 2014, chez Lucie-éditions « Soulages, la peinture. Poètique de l’accident ».

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Toulouse en 1983 (DNSEP), il participe au groupe toulousain Peinture immédiate et réside à Rome de 1985 à 1988 où l’influence poètique de la Nuova Scuola Romana l’éloigne de la Bad Painting de ses débuts. En 2002, avec Amédée Poujol, il crée le groupe Décor-Actif qui inaugure son passage à une abstraction décorative au rouleau, dans la lignée de Matisse, Hantaï et Viallat.

Partagez:

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.